Forum Motards BM'istes

Forum pour les passionnés de motos BMW


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[résolu]huile de fourche/viscosité/indice "cSt"/k75RT

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Al74

Al74
Jeune pilote
Jeune pilote
Bonjour à Tous,


En lisant sur le forum des infos sur les indices de viscosité d'huile, j'ai appris que le plus pertinent  est l'indice "cSt" au détriment de l’appellation "commerciale" 5W, 10w,15W... .
J'ai lu également qu'une huile de fourche 10w est souvent utilisée sur les K75.
Mais pouvez vous m'indiquer  l'indice "cSt" de votre huile et votre ressenti au guidon ?

"pcedric" indique  qu'il utilise la Silkolene Maintain 7,5W qui semble lui donner un ressenti un peu souple à partir de 18°c de température extérieure mais qu'en dessous de 18° la dureté est satisfaisante.
Il souhaitait  essayer la Silkolene pro RSF 10 W.
En regardant ce tableau, je vois que cette dernière  à un indice cSt de 47,36.  http://www.siprotec.fr/img/cms/Tableau%202017%20Huiles%20de%20Fourches.pdf

Le revendeur moto près de chez moi vend de  l'huile Motul Fork oil expert 10W/ cSt : 36.2 .

Je précise que je conduis une K75 RT sur des routes départementales (haute-savoie) à virages et ralentisseurs.



Dernière édition par corent le Mer 8 Aoû 2018 - 23:06, édité 1 fois

pcedric

pcedric
Gros Rouleur
Gros Rouleur
Je suis passé en RSF 10W depuis plusieurs semaines et j'en suis content, avec la RSF 7.5W (ou la Total XV 32 bien plus abordable) la fourche devenait trop souple avec les températures d'été (légé pompage sur les bosses par exemple). L'avantage que je trouve à la silkolene, c'est sont changement d'indice relativement faible avec la température, ce qui est appréciable pour le confort quand les températures baisses en dessous de 10°C.
Si tu ne roule pas par basse température, inutile de se focaliser sur la silkolene. Si ton trajet comporte des zones très accidenté (petites bosses, ondulations rapprochées, trous,...) préfère un indice autour de 32cst (à 40°C) pour le confort, ça pourait pomper un peu sur les ralentisseurs sans etre génant. Plus tu roules sur un billard et plus tu peux monter en viscosité, certains utilisent de la 15W et en sont contents (je parle toujours pour des K des années 80/90).



Dernière édition par pcedric le Jeu 9 Aoû 2018 - 9:55, édité 1 fois (Raison : XLV 32 -> XV 32)

Al74

Al74
Jeune pilote
Jeune pilote
Je retiens qu'à partir de 10°C de température extérieure, je choisis une huile de fourche à l'indice cst supérieur ou égale à 32. Si je roule en dessous de 10°c, je peux mettre une huile avec un cst inférieure.
Merci Cédric pour ton retour d’expérience.

Al74

Al74
Jeune pilote
Jeune pilote



Voici un graphique mettant en relation l'indice cst (centistroke ou mm²/s) d'une huile, sa température (degrés celsius, °c) et sa classification ISO.
Exemple 1:
- si vous recherchez une huile qui à 40°c de température a un cst de 46,
- vous tracez sur l'axe des abscisses (horizontale) à la valeur 40 un trait vertical,
- vous tracez sur l'axe des ordonnées à 46 un trait horizontal,
- le point de rencontre de ces 2 lignes vous donne l'indice iso de l'huile se rapprochant de ces 2 valeurs (ici l'iso 46).

Exemple 2 :
- en suivant la diagonale iso 46 vous pouvez voir l'évolution de la viscosité de cette huile en fonction de sa température.

Je l'ai trouvé sur le forum du site usinages.com. Si vous souhaitez d'autres explications voici la discussion complète :
https://www.usinages.com/threads/huile-sae-10-huile-de-fourche-moto.13672/page-2

pcedric

pcedric
Gros Rouleur
Gros Rouleur
Attention cependant, l'évolution de la viscosité en fonction de la température sur ce graphique représente des huiles monogrades présentant un VI d'environ 100. Les huiles de fourches présentent un VI généralement de plus de 150, la viscosité à basse température augmente d'autant moins que ce VI est élevé (les lignes du graphe deviennent de plus en plus horizontales avec un VI de plus en plus élevé). C'est ce qui fait en parti la différence de ressenti d'une marque à une autre, pour un même grade iso.

Al74

Al74
Jeune pilote
Jeune pilote
Pour mettre en relation tous ces termes de VI, viscosité cinématique, viscosité dynamique, huile monograde et multigrade,  j'ajoute quelques définitions :

Le VI ou indice de viscosité caractérise la qualité des lubrifiants et fluides hydrauliques. Il prend en considération l’influence de la température sur la viscosité cinématique du fluide qui diminue lorsque la température augmente et inversement. Si la consistance d’un fluide reste relativement la même au cours des températures variables, le fluide a un grand indice de viscosité.
A l’origine cette échelle était graduée de 0 à 100 VI (huile de qualité supérieure). Mais avec l’amélioration des process de fabrication et des additifs, des huiles avec un indice supérieur à 400 VI existent.
L’échelle de l’indice de viscosité utilise les températures de référence suivantes :
-100° Fahrenheit (40°C)
-210° Fahrenheit (100°C)

La viscosité cinématique est le quotient de la viscosité dynamique par la masse volumique du fluide. Elle représente la capacité de rétention des particules du fluide et quantifie sa capacité à s’épancher. Elle s'exprime en mètres carrés par seconde (m²/s). Le stokes (St) est aussi utilisé (unité non comprise dans le Système International d'unités (SI)). Dans la pratique c'est le millimètre carré par seconde (mm²/s) ou centistokes (cSt) qui sont les plus souvent utilisés.

La viscosité dynamique est une grandeur physique qui caractérise la résistance à l'écoulement laminaire d'un fluide incompressible. Elle s'exprime en kg/(m·s) plus simplement exprimé pascal-seconde (Pa·s). Cette unité correspond au SI. D'anciennes unités sont toujours plus ou moins utilisées, comme le poiseuille (Pl) (1 Pl = 1 Pa s) ou bien la poise (Po) (1 Po = 0,1 Pl = 0,1 Pa s).

L'écoulement laminaire est le mode d'écoulement d'un fluide où l'ensemble du fluide s'écoule plus ou moins dans la même direction. L'écoulement laminaire est généralement celui qui est recherché lorsqu'on veut faire circuler un fluide dans un tuyau.

L'huile monograde à une viscosité qui diminue en fonction de la température suivant une courbe logarithmique (cf schéma message précédent). L'huile multigrade à une courbe de viscosité également logarithmique, mais moins accentuée, comme expliqué dans le message de Cédric ci-dessus.  Pour limiter les différences de fluidité à froid et à chaud, des additifs à base de polymères sont ajoutés. Les huiles multigrades permettent ainsi de simplifier l'utilisation et la maintenance et sont utilisables en toutes saisons.
Plusieurs organismes garantissent la qualité des différentes huiles grâce à des normes, répondant à un cahier des charges spécifique. Voici quelques organismes connus, ISO (Suisse), SAE, API (Amérique), ACEA (Europe), JASO (Japon).
Dans le système de normalisation SAE (Society of Automotive Engineers), le premier chiffre est la viscosité dynamique en pascal-seconde (Pa.s) à-18°C et indique également une limite en degrés celsius de la pompabilité de l'huile.  Le second  chiffre  fait correspondre deux indices de viscosité cinématique en centistokes (cSt) à 100°C et 150°C.
Par exemple pour l'huile SAE 5W40 (W pour Winter), le 5 indique une viscosité dynamique de 5 PA.s à -18°C et une limite de pompabilité de l'huile à -30°C. Le 40 correspond à une  viscosité cinématique de 12,5 cSt à 100°C et 16,3 cSt à 150°C.

Source :
- Wikipédia
- hydrauliquesimple.com
- viscosimetre.fr
- utc.fr/~tthomass/Themes/Unites/unites/infos/huile/huile.pdf
- joho.p.free.fr/EC/COURS%20DOC/Lubrification/CLASSIFICATIONS%20DES%20HUILES.pdf
- iso.org
- quelle-huile-moteur-choisir.com/page/viscosite

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum